L'édito du Dr Jean-Paul Ortiz

Un médecin sur dix est en cumul emploi-retraite ! Par passion pour notre métier, par sens de la responsabilité, mais aussi par peur de la perte importante de revenus

Edition du Médecin de France du 22 décembre 2018 

C’est effectivement un peu de tout cela qui pousse nos confrères à retarder de plus en plus et, au fil des ans, l’âge de départ à la retraite. En 2018, l’âge moyen est de 69,5 ans contre un départ à 66,9 ans en 2011…

L’effort est plus sensible encore dans les zones rurales et à Paris (il s’agit là de 1 médecin sur 5) car le sens de la responsabilité du médecin fait qu’il se refuse à partir et laisser ses patients seuls, sans remplaçant. Notre métier s’est construit sur un engagement. Notre vocation fait que nous sommes médecins pour la vie.

Dans ce même ordre d’idée, l’amour de la médecine a fait que la vie de nos familles s’est organisée autour de notre engagement. Se retirer laisse un grand vide, retarder le départ est ainsi un moyen de ne pas penser à l’après. Comment pourrait-il en être autrement lorsque nous avons consacré 60 heures par semaine à soigner les autres ?

A ces deux raisons, un nouveau phénomène apparait et ne cesse de s’amplifier, qui nous incite à pratiquer le cumul emploi-retraite… Il s’agit de la baisse drastique des revenus de retraite et de la fiscalisation galopante. Il y a une certaine forme d’injustice pour ceux qui ont beaucoup donné à la société et qui ont le sentiment de ne pas être pris en considération par cette dernière lorsqu’ils sont à la retraite. Et le projet de retraite universelle qui nous sera proposé durant l’année 2019 ne devrait pas améliorer cette situation !

Comme Victor Hugo l’a écrit: « j’ai rendu des services si grands qu’on ne pouvait me payer que par de l’ingratitude »...

La CSMF sera donc vigilante pour que les médecins ne soient pas les parents pauvres de la retraite universelle. Encore un combat syndical à mener pour l’année à venir.

Dr Jean-Paul ORTIZ
Président de la CSMF

Consulter les archives du Médecin de France.