Retraites : oui à une vraie « négociation »

Après une longue concertation menée par le Haut-Commissariat à la réforme des retraites ces dix-huit derniers mois, le Président de la République a annoncé cette semaine une « grande négociation » pour « construire tous ensemble cette réforme ». Le Premier ministre recevra ainsi les 4 et 5 septembre prochains les partenaires sociaux à ce sujet.

La CSMF note la volonté de co-construire une réforme qui portera l’accord de l’ensemble des parties. Dans ce contexte, les médecins libéraux sont prêts à s’engager dans une vraie négociation. Ils donnent une dernière chance au gouvernement pour sortir du conflit qui couve.

Ils rappellent leurs grandes inquiétudes :

  • Le plafond de 3 PASS (environ 120 000 €), trop élevé, entraînera à terme la disparition de la CARMF. Il faut limiter le plafond de la retraite universelle à 1 PASS, permettant ainsi aux médecins libéraux un régime complémentaire ;
  • Les médecins verront à terme leurs cotisations baisser (environ 1/4 en moins) mais avec une baisse proportionnellement plus importante de leur pension : environ 1/3 en moins avec la retraite universelle ! Ceci ne peut avoir l’accord de la profession ;
  • L’intégration de l’ASV (dont le plafond est à 5 PASS) remet en question le contrat conventionnel et suscite l’inquiétude quant à sa mise en œuvre et sa pérennité ;
  • Le devenir des réserves de la CARMF reste incertain. Il est hors de question qu’elles soient en grande partie perdues pour ceux qui les ont constituées : ce serait inacceptable et constituerait un casus belli ;
  • Le recouvrement des cotisations retraites par l’URSSAF décidé en catimini cet été ne contribue pas à rassurer les médecins. 

Les médecins libéraux rentreront dans un conflit dur s’ils ne sont pas entendus et si leurs spécificités ne sont pas respectées.

Dr Jean-Paul Ortiz - Président
06 07 86 08 83
jp.ortiz@csmf.org

Jeudi, 29 août, 2019