Rapport sur les arrêts de travail : des propositions pour avancer

La mission Sellier-Oustric-Bérard vient de rendre son rapport concernant les arrêts de travail, au premier ministre. La CSMF, qui a été auditionnée plusieurs fois, a analysé les pistes contenues dans ce document riche et documenté.

La CSMF se félicite que, une fois n’est pas coutume, l’augmentation des arrêts de travail ne soit pas mise sur le dos des médecins prescripteurs, souvent rendus coupables de cette hausse. Les médecins ont toujours le souci de soigner au mieux leurs patients en répondant aux nécessités de leur état de santé. L’arrêt de travail est un outil dans la prescription médicale. De plus, l’accroissement des arrêts maladie est d’origine multifactorielle, en particulier en raison de la pression exercée dans le milieu du travail.

La proposition consistant à renforcer la coordination et l’échange entre le médecin prescripteur, le médecin conseil de l’Assurance Maladie et le médecin du travail est une proposition que la CSMF a soutenue lors de ses auditions. Il s’agit là d’un enjeu majeur afin d’éviter des arrêts maladie de longue durée, coûteux pour la collectivité, mais surtout pour l’individu concerné. Il est nécessaire de prévenir la désinsertion professionnelle, élément aggravant l’isolement dans la maladie et la gravité du vécu de sa maladie par le patient. Mais ce temps de coordination et d’échanges doit être considéré et valorisé comme un véritable temps de travail médical.

Les alternatives à l’arrêt à temps complet - que ce soit un temps partiel qui devrait être très modulable ou le télétravail lorsque l’entreprise y est préalablement préparée - sont autant d’éléments qui permettront aux patients de ne pas s’isoler dans leur maladie ; ces possibilités vont dans le bon sens, sous réserve de l’accord du salarié.

La CSMF attend que ces propositions soient suivies d’actes concrets afin de faire de l’arrêt de travail, un outil thérapeutique qui soit le mieux adapté à l’évolution de notre société, prenant en compte les contraintes des entreprises - celle d’une contrainte économique forte - mais surtout la qualité des soins et la santé des patients concernés.

Dr Jean-Paul Ortiz - Président
06 07 86 08 83
jp.ortiz@csmf.org

Jeudi, 21 février, 2019