Rencontre avec Agnès Buzyn, nouvelle ministre de la santé : la CSMF demande des mesures urgentes pour la médecine libérale

La CSMF, premier syndicat des médecins libéraux, a rencontré ce jour Agnès Buzyn, nouvelle ministre des Solidarités et de la Santé, et lui a fait part de l’urgence à résoudre la crise de la médecine libérale.

Elle traverse une crise profonde, tant en médecine générale qu’en médecine spécialisée. En témoignent les difficultés pour de nombreux Français à trouver un médecin traitant ou à obtenir un rendez-vous chez un spécialiste dans un délai raisonnable.

Stop aux palabres ! Le virage ambulatoire doit se traduire dans les faits et dans les actes : la détermination et la répartition du prochain ONDAM sera un indicateur fondamental de la volonté d’orienter le système de santé sur des soins de proximité et de qualité. Un milliard par an pendant cinq ans doivent être investis pour la médecine libérale.

Des dispositions doivent rapidement être prises pour favoriser le regroupement des médecins, tant pour les généralistes que pour les spécialistes, qu’il soit physique, fonctionnel ou organisationnel grâce aux nouvelles technologies.

Les médecins libéraux sont prêts à s’engager ensemble dans une organisation territoriale afin de maintenir à domicile les populations âgées et polypathologiques, et de rendre le recours à l’hôpital mieux structuré, plus cohérent et donc plus efficient.

La CSMF a plaidé pour une convention novatrice qui permette de prendre en compte l’évolution de l’exercice médical libéral, en valorisant les consultations longues et complexes afin d’aller vers une vraie hiérarchisation du tarif de la consultation, et en améliorant l’environnement professionnel du médecin. Cette convention devrait valoriser l’exercice de tous les médecins, quels que soient la spécialité et le secteur d’exercice, et donc mettre fin aux iniquités actuelles.

La CSMF a également réclamé des gestes hautement symboliques, tels que la suppression du tiers payant généralisé, de l’article 99 de la loi de financement de la sécurité sociale 2017, et la mise en place de moyens pour assurer la sécurité dans les cabinets médicaux.

Les orientations qui seront données dans les semaines et les mois à venir, notamment le PLFSS 2018, seront un signal déterminant sur la volonté de construire une véritable politique de santé qui garantisse des soins de proximité et de qualité dans un système solidaire.

Enfin, la CSMF a invité la ministre à son Université d’été, à laquelle le ministre de la santé a toujours participé, mis à part ces deux dernières années.

Dr Jean-Paul Ortiz - Président
06 07 86 08 83
jp.ortiz@csmf.org

Vendredi, 2 juin, 2017