Réforme du 3e cycle des études médicales : la CSMF soutient les internes

Un vaste travail a été mené pour réformer le 3e cycle des études médicales dans toutes les spécialités. Malheureusement, cette pseudo-concertation a abouti à une réforme du 3e cycle largement dénoncée par plusieurs spécialités. L’opposition ferme des internes, jeunes médecins en formation, mais également des enseignants de plusieurs spécialités entières, ainsi que des sociétés savantes concernées, devrait interroger n’importe quel décideur. Pourquoi ?

Dans de nombreuses spécialités médicales, le temps de formation était de 4 ans, à l’issue desquels l’interne passait sa thèse et pouvait accéder à un poste d’assistant-chef de clinique. La volonté d’intégrer un temps de responsabilisation en fin de formation ne doit pas se faire au détriment de la durée de formation. Les spécialités concernées - telles que la cardiologie, l’hépato-gastroentérologie, la néphrologie, l’anesthésie, etc. - voient leur temps de formation réduit, au profit d’une année qui ressemble à une année de pré-assistanat.

Cette réduction du temps réel de formation ne permettra pas de maintenir la qualité de cette formation dans les spécialités concernées et aura donc, à terme, un impact sur la qualité de la prise en charge des patients. La CSMF s’émeut de ces formations qui ne tiennent pas compte des impératifs pédagogiques et de qualité que réclament à la fois les jeunes médecins en formation, mais également les enseignants concernés et les sociétés savantes.

La CSMF soutient le mouvement de grève des internes lancé à partir du mardi 18 avril et appelle les médecins libéraux à s’associer au mécontentement de nos jeunes collègues, sous les formes qu’ils jugeront adaptées, afin de faire reculer le gouvernement. La CSMF interpelle la ministre de la Santé, ainsi que la ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, afin que la concertation reprenne et aboutisse à un projet partagé par l’ensemble des parties prenantes. On ne peut pas mener une réforme contre la volonté de ceux qui sont concernés.

Dr Jean-Paul Ortiz - Président
06 07 86 08 83
jp.ortiz@csmf.org

Jeudi, 13 avril, 2017